AMOPA

VAR

 

 

Conférences - Compte rendus …

 

Edith Platelet :     « Le Sud-Est varois – De spectaculaires espaces, archives de l’histoire de la Terre » -  2 avril 2019

 

 19.4  Sud-E varois Amopa  

 

Découvrir une région à travers sa géologie, c'est constater que l'histoire de la Terre (dont l'unité de temps est le million d'années), se manifeste à notre regard par des archives trop largement ignorées, qu'il faut décrypter. Envisager la surface (contenu de la Géographie) ne suffit pas, il faut faire appel à des contenus de la géophysique, de la géochimie, et suivre une évolution en profondeur, de la partie supérieure du Globe  appelée lithosphère (croûte + manteau supérieur) mobile sur l'asthénosphère  plastique sous-jacente. Ainsi apparait la mobilité et donc l’évolution de la répartition des masses continentales et océaniques au cours du temps. Cette réalité comprise après des décennies d’études a conduit, il y a 50ans, à l'introduction fondamentale de la " Tectonique des plaques", nouvelle branche de la Géologie. Les plaques sont des blocs lithosphériques mobiles soit continentaux, soit océaniques, soit le plus souvent avec une partie océanique et une partie continentale .Elles peuvent se rapprocher (convergence) ou s’écarter (divergence). Les modalités sont maintenant bien connues, et chaque espace du globe, plus ou moins vaste, conte ainsi son histoire menant à la configuration actuelle.

   Le sud-est varois présente plusieurs ensembles distincts, de par leur âge géologique, leur origine marine ou continentale, le mouvement passé des plaques anciennes (Tectonique), leur évolution .Sont juxtaposés: le Massif des Maures, le sillon permien s'achevant à l'est par une zone volcanique: l’Esterel,  la Méditerranée, la limite sud de l'ensemble sédimentaire, essentiellement calcaire, couvrant une grande surface varoise: la Provence calcaire

   La présentation de chaque espace a permis, par les illustrations photographiques personnelles ,de décrypter les archives actuelles :des roches particulières, des contacts entre ensembles différents, des accidents tectoniques ; failles, plis, charriages, etc., d 'approcher leur origine et  la paléogéographie à l'époque de leur formation, et leur évolution ultérieure. Il n'y a aucune stabilité durable à la surface du globe !

-- Le Massif des Maures, morceau isolé , en surface , des racines de la vaste chaine de montagnes du Paléozoïque: (chaine hercynienne ou varisque) 5000km de long . Il fut  abrasé puis "rajeuni" lors de  l’édification, 250Ma plus tard ,de la chaîne alpine. Les roches métamorphiques, principalement, retracent son évolution géodynamique depuis l'océan d'origine.

-- Le sillon permien, est le vestige d'un continent unique à la surface de la Terre (entre 290 et 250 Ma) : la Pangée, formée par convergence des plaques préexistantes.

Ce sont uniquement des formations continentales, roches sédimentaires, plus jeunes que les roches des Maures.

-- A l'est du Var, dans l’Esterel, des vastes coulées volcaniques fissurales, d'ignimbrites sont les témoins d'une cassure continentale appelée rift (tectonique des plaques) à l'intérieur de la Pangée. Les volcans ponctuels, au sens strict, y sont très rares.

-- La Pangée s'est fracturée ça et là. Dans notre espace s'installe un océan appelé Téthys, où sédimentent pendant le Mésozoïque des calcaires et roches variées qui ne resteront pas horizontaux ! Les plaques évoluent...Le bloc ibérique  placé différemment de l'actuel vient compresser le bloc du nord, c’est  l'orogenèse pyrénéo-provençale au  Cénozoïque (antérieure à l'édification des Alpes). Ces terrains plissés  et déplacés  constituent  la Provence calcaire. Une grande partie de cet ensemble a disparu au fond de la Méditerranée ultérieure.

-- Et la Méditerranée apparait! Un rift dans le continent sud-provençal, un déplacement circulaire inverse du bloc Corse-Sardaigne, libère un espace marin où se forme une croûte océanique …

-- Tout à l'est et au nord du Var se met en place la chaine alpine, qui relève les Maures, effondre le sillon permien, induit des retouches profondes ultimes qui configurent notre région. Les phases climatiques du Quaternaire, alternativement "chaudes" et "froides" n'apporteront que des retouches de  la limite variable du littoral.

 L'Histoire de la Terre apprend que rien ne dure … que le Globe se transforme sans cesse, et l'Homme ne peut qu'observer et essayer de comprendre  … !

  

Edith Platelet

Agrégée Sciences de la Terre, DEA Géologie, DEA Ecologie

Aquarelle : Edith Platelet